Le guide des matières éco-responsables

0

Nous vous parlions de l’impact négatif du Bisphénol A (BPA), composant chimique du plastique beaucoup utilisé dans les emballages alimentaires de la distribution et de la restauration pour préserver les aliments. Mais par quoi remplacer cette matière largement utilisée dans le secteur de la restauration ?

Ce petite guide des matières éco-responsables recense les alternatives naturelles existantes que vous pourrez retrouver très prochainement sur le site FourniResto.com.

1. Le Bois 

Le bois est une matière très appréciée des consommateurs car c’est un matériau renouvelable naturel à l’esthétique sobre et authentique. De plus, le bois brut utilisé pour les emballages tel que le pin, le peuplier et l’épicéa est apte au contact alimentaire. L’étude EMABOIS réalisée en 2015 démontre que c’est un produit tout à fait hygiénique qui convient au contact des aliments. L’étude mentionne qu’“en chimie analytique, les molécules issues du matériau naturel, de bois brut, sont inoffensives pour la santé du consommateur.”
De plus, le bois est un matériau qui possède de nombreux atouts : il résiste à l’humidité et au froid, il est solide et léger à la fois. Et ce n’est pas tout ! Le bois est doté d’une régulation thermique et l’emballage en bois élimine les bactéries. A tous ces atouts s’ajoute la préservation gustative des aliments car le bois est le matériau qui préserve le plus longtemps le goût de vos aliments. Enfin, en tant que produit naturel, il est bien entendu recyclable mais aussi biodégradable et compostable. 

2. Le Bambou

Le bambou est tout comme le bois une matière naturelle dont l’esthétique plaît beaucoup aux consommateurs. Il a cependant un atout bien à lui ! C’est une espèce dotée d’une croissance très rapide (la plante peut prendre jusqu’à 61cm par jour) ce qui est un grand avantage pour les forêts concernées qui se régénèrent à grande vitesse. Matériau robuste et résistant, il résiste à toute pression lorsqu’il est étiré. Enfin, le bambou est entièrement écologique car il est non seulement biodégradable et compostable après utilisation, mais il contribue aussi à maintenir un sol sain. En effet, ces longues racines permettent au sol de ne pas s’éroder et une fois récolté il n’est pas nécessaire de le replanter (à condition qu’il ait été récolté correctement). Une vraie matière éco-friendly !

3. Le Carton

Le carton est un matériau connu pour sa solidité et légèreté. Ces deux principaux atouts sont ajoutés à son avantage écologique : il se décompose facilement. Il est donc tout comme le bois et le bambou recyclable et compostable. Le carton servant aux emballages alimentaires est souvent associé à d’autres matériaux tels que le polyéthylène ou l’aluminium afin de rendre l’emballage étanche et hermétique. De plus, un de ses nombreux avantages est sa capacité à être fabriqué en différentes épaisseurs et en différents types de papier. Cette polyvalence permet de concevoir toutes sortes d’emballages à partir de carton comme par exemple le papier kraft, le papier sulfurisé et la boîte à pizza. L’emballage carton est donc à la fois utile et écologique, ce qui fait de lui un incontournable de l’emballage alimentaire. 

4. La Bagasse

La bagasse est un bioplastique fabriqué à partir de pulpe de canne à sucre. Ce plastique 100% végétal est réalisé avec les restes de la production de canne à sucre. Auparavant, les restes étaient jetés ou incinérés, mais désormais les tiges sont récoltées et transformées pour la conception de produits en pulpe. Une fois transformée en pulpe, elle est mélangée à l’eau, ce qui lui permet de prendre différentes formes selon le moulage et donc d’apparaître sous forme de barquette, d’assiette ou encore de pot. C’est un matériau très résistant à la chaleur (au four jusqu’à 200°C et au micro-ondes jusqu’à 750 watts), mais aussi à l’huile et à l’humidité. La bagasse est un produit entièrement recyclable, biodégradable et compostable. Elle est donc entièrement écologique, et même si comme pour les autres matériaux elle nécessite la cultivation de terres agricoles, c’est un végétal qui ne nécessite pas beaucoup d’eau donc la mise en place de système d’irrigation ne sera pas essentiel.

5. Le PLA/ CPLA

L’Acide Polylactique (PLA) est un bioplastique qui a l’esthétique le plus proche du plastique car sa transparence permet de voir à travers les emballages. Entièrement biodégradable, il est un polymère (composé chimique) obtenu à partir de matières premières renouvelables comme l’amidon de maïs. C’est une matière qui convient très bien aux emballages alimentaires et notamment à la vaisselle jetable car c’est une matière malléable qui permet d’être moulé facilement pour créer différentes formes. Aussi, Le PLA est apte au contact alimentaire et ne laisse aucun goût en bouche. Il résiste très bien au froid mais moins à la chaleur (sa tolérance thermique est de 40°C). Cependant, sa polyvalence lui permet de remédier à cet handicap. En effet, en ajoutant de la chaux au PLA on créer le CPLA : une forme de PLA conçu pour résister davantage à la chaleur (jusqu’à 85°C).  Enfin, lors de la fabrication de certains produits, notamment les gobelets en Kraft, il est possible d’ajouter une couche interne de PLA pour une meilleure étanchéité. Finalement, le PLA est est une matière pleine d’avantages qui peut être couplée avec d’autres matières et ses dérivés sont totalement compostables.

6. Le RPET

Le RPET n’est rien d’autre que le PET recyclé qui est transformé en nouveaux contenants. Il peut être teinté selon les couleurs de bouteilles utilisées à la transformation. C’est un polymère (composé chimique) 100% recyclable, ce qui fait de lui un matériau éco-responsable, mais n’est cependant pas biodégradable. Il est reconnu apte au contact alimentaire et ne laisse aucun goût en bouche. L’étude menée par le conseil national de l’emballage met en avant le recyclage du PET comme un réel atout pour l’environnement: “Selon les données du SRP de janvier 2017, le RPET présente l’avantage, par rapport à la résine PET vierge, de produire 3 fois moins d’émissions de CO2 eq. et de consommer 3 fois moins d’énergie non renouvelable nécessaire pour sa production.”

7. La feuille de palmier

Les emballages alimentaires en palmier sont conçus à partir de feuille de palmier Areca, une espèce de palmier qui pousse dans le sud de l’Inde et qui est utilisée pour ses noix. Les palmiers perdent leurs feuilles environ 7 fois par an et celles-ci sont récupérées pour la fabrication, entre autres, des emballages. Une fois collectées, les feuilles sont dans un premier temps nettoyées, puis pressées et moulées jusqu’à transformation en bols ou assiettes. La dernière étape du processus pour obtenir notre emballage naturel est le séchage.
La feuille de palmier est un matériau qui résiste à la chaleur et au gras, totalement naturel car sans substance chimique ajoutée, ce qui permet de créer des emballages uniques (dont la couleur et le poids varient légèrement d’une pièce à l’autre). Ainsi, la feuille de palme est renouvelable et biodégradable.

 

Pour conclure, ces 7 exemples de matières écologiques dessinent les contours des emballages alimentaires du futur. Tirés par la demande, les métiers de la restauration se mettent peu à peu au green packaging et cela devrait croître pour se conformer davantage aux attentes des consommateurs. En 2020, la demande est au renouvelable, biodégradable et compostable. 

Esthétique plaisant, pratiques et résistants, les emballages alimentaires écologiques ont de nombreux atouts qui rivalisent avec les produits en plastique. Et ce guide des matières éco-responsables vous aura peut-être aidés à faire votre choix parmi eux !

Share.

About Author

Comments are closed.